Cv Carte :E-COMMERCE Et si vous lanciez votre site ?

E-COMMERCE Et si vous lanciez votre site ?

Publié par cvcarte     24/10/2014    Vu 2043 fois   


Le e-commerce connaît de beaux jours, d'autant que nous sommes tous concernés, hommes, femmes comme enfants. Jeux vidéo, voitures, prêt-à-porter, tout est disponible et à portée de clic. Quelle place reste-t-il dans ce monde pour les nouveaux créateurs qui veulent se lancer ?

teurs qui ont connu le plus fort développement sont : les produits techniques et technologiques, le tourisme, les biens culturels, les vêtements et les services (en particulier l’achat de billets liés à la culture ainsi que le développement des photos numériques). Certains types d’achat sont complètement passés dans les mœurs des internautes, comme le fait d’acheter ses billets d'avion, d'autant que sur les compagnies aériennes low-cost, il n’y a pas vraiment d’autres solutions à moins de se rendre à l'aéroport. Une véritable révolution.

Les clés pour se lancer

Cet exemple montre que dans le e-commerce, il faut souvent savoir faire en termes d'originalité, voire d'innovation. Mais pas seulement, la plupart des sites étant bel et bien du commerce, la majorité étant bel et bien des entreprises d'achat vente ou de troc.

. Maîtriser la technologie

Au départ, le plus important est de maîtriser le côté informatique, soit soi-même, soit via un associé ou un partenaire véritablement professionnel afin d’avoir un site exempt de tout reproche, séduisant, sécurisé et représentatif de la personnalité de l’entreprise. Il faut quand même être suffisamment formé pour parvenir à être suffisamment compétent en la matière, quitte à suivre une formation.

Si l'amateurisme dans ce domaine était encore possible il y a quelques années, le marché devient de plus en plus professionnel. Si l’on ne se sent pas capable de réussir, il convient de passer par un prestataire extérieur en définissant avec lui un cahier des charges précis. De même, il faut valider son travail étape par étape comme pour un chantier de travaux classiques.

. Définir son marché et son produit

Comme pour toute entreprise, la première question commence par savoir quel produit présenter et s’assurer qu’il répond bel et bien à des besoins de la part d’une partie des consommateurs. Tout comme nos deux Français ont créé leur blog en se disant que ce qu'ils recherchaient n'existait pas, et qu'en répondant à leurs propres attentes ils allaient aussi répondre à celles de passionnés comme eux, le produit ou le service reste le départ de l’idée. D'autant qu'avec Internet on peut toucher une clientèle très éparpillée géographiquement.

Toujours pour le même exemple, les internautes intéressés par uber-gizmo sont des passionnés de la nouveauté près à dépenser des sommes élevées afin de se procurer le dernier hit en matière de technologie. Si l'on parlait d’une boutique, la clientèle serait pour le moins réduite pour ne pas envisager la faillite rapidement. Par contre avec internet, on touche directement à la frange de clientèle correspondante à un niveau international (d’où le fait que le site soit disponible en six langues). Un marché qui serait donc considéré comme trop réduit à un niveau local peut devenir un marché de niche intéressant dès lors que l’on se situe sur du e-commerce.

Se lancer sur Internet ne signifie donc pas que la bonne vieille étude de marché classique soit démodée, bien au contraire. Une fois l’informatique maîtrisée, il convient de s’assurer que le produit peut effectivement trouver sa cible et étudier la concurrence existante avant de vérifier quels peuvent être les avantages concurrentiels de la nouvelle société.

Avant tout, il convient donc de savoir ce que l'on vend : une économie, du dégriffé, de l’art pointu, du voyage, de l'information ou de la communication ? C’est cette première réflexion qui va entraîner tout le reste. Se lancer sur Internet peut paraître relativement aisé et c’est ainsi que l’on part sans vraiment savoir où l’on va.

Des règles à respecter

Pourtant, il faut aussi suivre certaines règles :

. L’investissement nécessaire

En premier lieu, l’investissement nécessaire. Le e-commerce permet de dépenser moins au départ puisque l'on s'évite les frais d’un fonds de commerce ou d'un pas-de-porte. On peut a priori démarrer de son domicile avant de s'installer dans de véritables bureaux, tout dépend de l’ampleur du projet envisagé. Car pour tout le reste, les frais sont bien évidemment identiques, qu'il s’agisse des frais de création du site, des achats de produits ou des recrutements nécessaires, de toute l'organisation administrative nécessaire sans oublier le support nécessaire des banquiers ou autres investisseurs pour au moins la première année. Le budget communication est particulièrement important, car il s'agit de se faire connaître rapidement. Il est possible également de crccr soi-meme le buzz autour de son idée, via un blog. Une façon de faire bien connue à présent des internautes.

Protéger son idée

Si l’on se situe sur une véritable innovation, ce qui est assez rare, il convient d’étudier en tout premier lieu de voir s'il est possible de protéger juridiquement son idée. Il ne faut pas oublier que le me too est habituel dans les affaires et en particulier sur Internet. Les copieurs sont légion et il convient d’être prudent.

. Définir ses cibles

Il est clair que l’investissement nécessaire est nettement moindre dans le cas d’un projet qui intéresse des clients bien précis, une niche particulière (par rapport à un hobby, à une passion ou une catégorie de professionnels) car la concurrence sera nettement moins rude. Ce sont en effet les clients qui recherchent dans ce cas le produit ou le service tandis que dans le cas d’une entreprise s’installant sur des biens grand public, il faut parvenir à se faire une place auprès de sites qui sont d’ores et déjà fort bien installés et très solides financièrement. On peut ainsi se permettre de s’adresser à des amateurs de vol à voile, para pente et autres ULM en sachant que ce sont les passionnés eux-mêmes qui vont rechercher les informations sur la toile. La prospection est donc facilitée, c’est en fait l’aisance avec laquelle le client potentiel va repérer le site qui est absolument indispensable.

. Trouver un nom de domaine

Si le succès est au rendez-vous, le nom de domaine devient une véritable marque sur laquelle il convient de capitaliser, sauf si l’on dispose par ailleurs d’une ou de plusieurs marques commerciales. Pour cela, il est essentiel de valider que le nom de domaine est bel et bien libre, ce qui n’est pas très compliqué et il faut systématiquement faire une recherche d’antériorité. Si celle-ci est positive et qu'il n’existe pas de nom véritablement approchant, il est alors possible d'effectuer un dépôt. Ce dépôt ne coûte qu’une quinzaine d'euros et il est conseillé de faire le dépôt aussi bien en .fr qu’en .com ou .info etc. pour bien sécuriser la marque.

. L’entretien du site

Autre point indispensable : l’entretien du site. Une fois la création effectuée, c'est le travail au quotidien qui commence avec les mises à jour nécessaires, que l'on vende un produit ou un service, et plus encore de l'information. Il faut donc renouveler sans cesse l'offre, créer des animations, des promotions éventuelles, informer, questionner, modifier parfois la présentation... En bref, même s’il ne s’agit pas d'un merchandising classique, il est clair que c’est un travail à temps plein et parfois pour plusieurs personnes. Surtout si l'on entretient en parallèle un blog et un forum qui participent à la communication.

. La maintenance

Idem pour la maintenance qui doit être irréprochable, une journée sans pouvoir se connecter et l’internaute risque d’aller voir ailleurs, tout comme le client dans une boutique fermée. Rares sont les produits ou services tellement exceptionnels que l’on ne trouve pas un concurrent auquel s’adresser. 11 est particulièrement important de valider l’aspect sécurité, par rapport aux virus, aux chocs électriques, aux vols. etc.

. Le système de paiement sécurisé

Il est aujourd'hui relativement facile à mettre en place, que l’on passe par le système Paypal (qui équipe environ un tiers des entreprises de e-commerce) ou tout simplement le système de paiement électronique proposé par la banque de la société. Quasiment toutes les banques proposent ce type de système qui revient un peu plus cher au départ, mais plus intéressant à terme.

. Etre bien référencé

Se faire connaître rapidement des principaux moteurs de recherche et des annuaires spécialisés est essentiel. Google est évidemment le maître dans ce domaine et il est indispensable de soigner son référencement sur ce site en particulier. Des techniques existent qui font partie du savoir faire indispensable de toute entreprise se lançant dans le e-commerce. Il est aussi possible de consulter des sites comme abondance.com ainsi que Web Rank Info pour se renseigner.

Le blog est aussi un moyen d’améliorer le référencement. Il faut particulièrement insister sur ce point qui est parfois la seule vraie garantie du succès. Là encore, si le travail de référencement est effectué en interne, il ne faut pas sous-estimer le temps que cela va représenter. Si

l'on prend l’exemple d'une agence immobilière virtuelle, qui en travaille que sur le net, il est clair que cela ne peut fonctionner qu’à la condition sine qua non d'être dans les deux ou trois premières pages lorsque le client recherche « maison achat côte d'azur » par exemple. Pas si facile.

. Provoquer des recettes publicitaires

Etre un véritable spécialiste dans le démarchage de recettes publicitaires ou en recruter un. C'est bien souvent cet aspect qui permet de parvenir à une rentabilité à plus ou moins long terme. On peut évidemment commencer de façon assez artisanale, mais il faut apprendre rapidement à gérer la vente de fichiers clients par exemple ou travailler avec des agents qui permettent d'avancer dans ce domaine moyennant commissions.

Si l’on veut raisonner simple, il est possible de passer via une plateforme de vente, ce qui évite évidemment bien des coûts, mais expose bien entendu à la concurrence de tous les autres fournisseurs de la plateforme, la rentabilité est évidemment moindre mais l'investissement également. Il s'agit d'une toute autre philosophie.

Nombre d’amateurs qui se lancent dans une e-entreprise ne sont pas véritablement compétents sur ce point en particulier. Il fait pourtant partie des qualités requises pour réussir dans le secteur. Avoir une expérience dans ce domaine permet de gagner du temps, quitte à embaucher quelqu’un pour gagner du temps.

. SAV et livraison au Top

Autre pierre d'achoppement si l'on vend un produit : s'assurer d’un service de livraison irréprochable. Ou du moins jouer franc jeu avec les clients. Certains sites de ventes privées préviennent dès le départ que la livraison de certains articles peut prendre de trois à quatre semaines. Il est généralement possible de procéder à un suivi de sa commande sur Internet, et si les offres sont intéressantes, les prix très attractifs, cela ne constitue pas un problème. Par contre, si l'on commercialise des articles de luxe, onéreux, il est normal de s’attendre à un service plus avec une livraison rapide. Trouver de bons fournisseurs à ce niveau n’est pas très compliqué, par contre le coût peut être parfois lourd pour les comptes de la société. Idem pour le « Service Après Vente » qui doit être de grande qualité.

. La protection juridique

Enfin dernier point à ne pas négliger sur Internet comme ailleurs : l’aspect juridique. Tout n'est pas permis sur le net et les chefs d’entreprise sont responsables des données qui sont mises en ligne. Il est donc tout à fait possible de les poursuivre en diffamation ou plagiat par exemple, tout comme pour un article dans la presse classique. De même, l’aspect privé des données personnelles est essentiel étant donné que les fichiers clients sont systématiquement créés y compris avec des caractéristiques parfois très personnelles concernant les clients ou abonnés. Il convient donc de procéder à un chiffrage systématique des données. Pour les sites de commerce, ce sont les règles de la vente à distance qui s’appliquent, sans oublier le délai de rétractation réservé à tout consommateur.



COMMENTENTAIRES

comments powered by Disqus